C1 3.2Ibo

Superficie : 10 km²

Localisation : Nord-Est du Mozambique

Nombre d’habitants : 3 963 en 2007

Nombre de visiteurs :
Touristes : environ 1 000 par an

Ile protégée : oui

Statut de protection marin : Parc national des Quirimbas

Description générale

Ibo, située au large du Mozambique, est l’ancienne capitale de la province des Quirimbas. Elle fut un comptoir marchand pour les Arabes, les Portugais, les Hollandais, les Perses, les Indiens et les Français, comme en témoigne les nombreux vestiges architecturaux. Ibo possède une biodiversité riche, notamment un lagon en très bon état qui abrite encore de nombreuses espèces protégées. Ce patrimoine est malheureusement menacé par une pêche commerciale parfais illégale et une pollution grandissante par les déchets.

Description géographique de l’île

L'île d’Ibo fait partie de l'archipel des Quirimbas. Cet archipel est constitué d'une chaîne de 27 îles dans la province de Cabo Delgado, qui s'étend du nord de Pemba à la frontière avec la Tanzanie. L'île est située à environ 10 km au large des côtes du Mozambique à 80 km de la ville de Pemba.

Contexte socio-culturel

Ibo est reconnue pour la richesse de son patrimoine bâti. Les monuments religieux, commerces, maisons et fortifications, témoignent du syncrétisme architectural entre les cultures portugaises, arabes, indiennes, et la culture traditionnelle Swahili, notamment par la fusion des plans des maisons carrées traditionnelles Swahili (construites en pierre de corail) avec les plans coloniaux.

La culture Swahili et la religion musulmane sont profondément ancrées dans la région et sur Ibo, qui conserve certaines croyances et pratiques traditionnelles.
La population est très jeune – 50% a moins de 14 ans – et subit un taux de chômage élevé. En dehors de l'appareil d'Etat et du tourisme, la plupart des activités économiques sont des activités de subsistance (pêche, agriculture) ou des petites activités commerciales. Il existe quelques lodges qui accueillent des touristes généralement dans une approche eco-touristique.

Activités économiques

L'activité principale est la pêche traditionnelle vivrière. Elle tend à devenir commerciale par l'exportation de poisson, crabes et holothuries congelés ou séchés. On y trouve également une agriculture vivrière de très petite échelle.

La création du Parc National des Quirimbas est liée à la volonté de gérer des conflits d’usages autour des ressources naturelles. Les conflits majeurs sont liés à la déplétion des stocks liée à la surpêche pratiquée par la pêche industrielle et à des conflits directs homme/faune sauvage dans la partie continentale du Parc. Elle répond aussi à la volonté de trouver des nouvelles sources de revenus et des mécanismes de gestion adaptés, pour lutter contre le cercle de pauvreté engagé depuis plusieurs années (notamment en lien avec les problèmes sur les noix de cajou et les noix de coco, qui représentaient les cultures traditionnelles des habitants).
Le tourisme est perçu comme une source de revenus alternative susceptible d’améliorer les conditions de vie des habitants.

Contexte environnemental

La zone est considérée comme particulièrement importante en termes de biodiversité, notamment marine, et fait partie de l’écorégion stratégique marine d’Afrique de l’Est.
Le récif corallien est en très bon état (plus de 48 espèces identifiées), et il y existe une grande diversité d’espèces de poissons, mangroves, herbiers, mollusques et macro-algues (espèces particulièrement remarquables dans les zones intertidales).
La topographie singulière des fonds marins est source de la diversité des habitats. De nombreux dugongs, dauphins, ainsi que des requins et des baleines peuplent la zone.
L’île d’Ibo est un site de nidification pour plus de 700 espèces d’oiseaux, dont 10 d’entre elles sont menacées.

Enjeux spécifiques

Face au contexte évoqué ci-dessus, l’île d’Ibo doit faire face à plusieurs enjeux.
La gestion de l’eau douce avec une salinisation de la nappe et une pollution des puits reste un objectif majeur et si de nombreux projets ont été imaginés ou lancés, le chantier reste à entreprendre pour concrétiser les idées.

La collecte, le tri, le stockage, le recyclage et l’évacuation des déchets sont aujourd’hui un des objectifs majeurs de l’île. En effet, ces déchets ont contaminé certaines ressources en eau, et représentent une menace pour les sols et la biodiversité (marine et terrestre).
Les ressources halieutiques et l’écosystème marin sont aujourd’hui globalement préservés mais menacés par une pêche qui s’intensifie et évolue vers des pratiques moins respectueuses de la biodiversité. L’enjeu pour Ibo est donc d’accompagner cette évolution tout en préservant les ressources halieutiques et le lagon.

Malgré une législation interdisant la construction sur le bord de mer, on assiste à une urbanisation importante et peu maîtrisée du littoral. Faire respecter les réglementations nationales et celles du Parc National représente un enjeu en termes de préservation du paysage et de la biodiversité.

 

SMILO SMILO

SMILO
Sustainable Islands

Bastide Beaumanoir
3 rue Marcel Arnaud
13100 Aix en Provence

Tel. +33 (0)4 42 91 64 22
secretariat@smilo-program.org

LOGOS   

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation.